top of page
Rechercher

Les candidats du Jura ont la parole : Justine GRUET répond à nos questions !

Dernière mise à jour : 28 juin


À l'approche des élections législatives, la CPME 39 a interrogé tous les candidats du Jura sur leurs visions et engagements. Douze questions essentielles ont été posées pour éclairer leurs positions sur des sujets clés pour l'avenir économique et social du département. Découvrez dans cette interview les réponses et propositions de Justine GRUET, candidate du parti les Républicains !


Quelles mesures proposez-vous pour soutenir les petites et moyennes entreprises (PME) face à la concurrence des grandes entreprises ?

Nous devons permettre l'installation de nouvelles entreprises dans les territoires ruraux (mettre fin au ZAN démesuré, redonner les moyens d'appliquer réellement la compétence économique par les élus locaux). Une partie de la 3ème circonscription appartient au projet de territoire d'industrie porté par le Grand Dole permettant notamment d'accompagner les investissements nécessaires sur le territoire. L'association Made In Jura garantit également un label de proximité et de qualité, assurant une communication et une mise en réseau. Il est essentiel de faciliter le recrutement de main d'œuvre formée et qualifiée ; J'ai voté en faveur de l'obligation des 15h de formation ou d'engagement associatif en contrepartie du RSA, on pourrait même flécher cette proposition vers des formations dans les métiers en tension et y associer les personnes au chômage.


Comment envisagez-vous de simplifier les formalités administratives pour les petites et moyennes entreprises ?

Baser la relation entre l'Etat et les TPE/PME sur la confiance, plutôt que sur la défiance et faciliter le développement de projet en diminuant les délais d'étude des dossiers pour être plus réactif, plus efficace et plus en phase avec les enjeux économiques.


Quelle est votre position sur la fiscalité des PME, et quelles modifications envisagez-vous pour l'alléger ?

Diminuer les dépenses au plus haut niveau de l'Etat (suppression d'un grand nombre des agences paraétatiques) ce qui demandera moins de recettes supplémentaires et donc plus de liberté pour les entreprises qui valoriseront ainsi mieux leurs salariés. Par exemple la suppression de la CVAE avantage les entreprises mais met en difficulté les collectivités locales.


Quels dispositifs comptez-vous mettre en place pour encourager l'innovation et la digitalisation des petites entreprises ?

Je me méfie toujours de la dématérialisation qui demande des ressources supplémentaires au sein d'une entreprise pour faire le travail administratif de contrôle incombant normalement à l'Etat et qui alourdit la gestion des petites structures (exemple dans le milieu agricole où la part d'administratif était auparavant de qqs heures par mois et qui prend maintenant au moins un quart du temps). Cependant il est important d'innover en terme de gestion de l'Intelligence Artificielle pour faciliter les process de gestion clients, d'automatiser certaines taches dans la gestion de fichiers. Par exemple, Ouverture d'une formation sur Dole dans la gestion de données et de data S'assurer que l'installation de la fibre suive bien dans l'ensemble de la circonscription à défaut que la montée en débit soit effective pour les entreprises


Comment comptez-vous favoriser l'accès au financement pour les petites entreprises, notamment les startups et les jeunes entrepreneurs ?

Nous avons sur le territoire un tissu facilitateur et propice à l'installation de nouvelles entreprises ou au développement des structures existantes, je pense à l'implication des élus locaux, des services économiques des intercommunalités, à l'association Dole Initiative Territoire (système de parrainage efficient, étude de marché...), aux pépinières d'entreprises (CAN à Dole, espace de co working à Chamblay etc...). Ce réseau permet un lien de confiance avec les partenaires financiers privés ou publics.


Quelles actions proposez-vous pour dynamiser l'économie locale et soutenir les commerces de proximité ?

Le rôle des collectivités notamment des communes est essentiel pour assurer un dynamisme économique fort. Appartenant à cette équipe du Jura, en tant que Députée, c'est une vraie force pour que cette synergie soit favorable au développement économique. Les élus qui portent une politique facilitant l'accès aux transports, au logement, à la culture, au sport, à l'accueil des enfants pour les familles (écoles, crèches, MAM...), créent les conditions pour favoriser le recrutement de main d'oeuvre qualifiée. La CCI accompagne également le développement du e-commerce.


Comment allez-vous promouvoir l'apprentissage et la formation professionnelle pour répondre aux besoins des petites entreprises locales ?

L'élément essentiel pour ce recrutement passe par une mise en adéquation localement entre les jeunes/les personnes isolées de l'emploi et les offres d'emploi. Je salue l'action de la CCI en fin d'année dernière qui a présenté les métiers de l'industrie à l'ensemble des professeurs principaux des collèges du secteur. La mise en relation entre les jeunes et le tissu économique passe également par des forums tenus par la Mission locale, Pôle emploi et les intercommunalités. Les offres de formation localement ont été renforcées par l'ouverture de deux filières universitaires BUT packaging et gestion des données à Dole à la rentrée 2023 grâce notamment à mon intervention lors d'une Question Orale sans débat à la Ministre de l'enseignement supérieur. Si l'on veut faciliter les filières professionnalisantes, il vaut accompagner le financement de l'apprentissage par les entreprises, c'était l'objet de ma question au gouvernement du 7 mai dernier. La filière bois présente un enjeu majeur également dans la structuration des cursus.


Quels sont vos plans pour améliorer les infrastructures locales (logement, transport, numérique, etc.) afin de soutenir l'embauche et le développement économique des PME, sans pour autant aggraver leurs charges ?

Comme évoqué précédemment la dynamique économique est très liée à l'attractivité d'un territoire et à la volonté des forces vives (élus, chefs d'entreprise, associations..) de travailler ensemble. Concernant les infrastructures pour la mobilité je ne lâcherai pas sur l'importance des dessertes TER entre Mouchard et Dole, je salue la ligne mise en place par le transport du Grand Dole de la ligne LIZIA qui permet de rejoindre rapidement les deux zones économiques et ainsi faciliter la mobilité des salariés, le développement de la voie Grévy, la continuité qui devrait aboutir sur la plaine jurassienne pour des échanges entre intercommunalités par voie douce. Plus de 200 logements devraient être rénovés dans les années à venir et le développement de la fibre, certes laborieux, devrait toucher à sa fin d'ici 2025. Le maintien des dessertes TGV sera essentiel pour préserver notre attractivité et notre situation géographique idéale.


Quelle est votre position sur la réglementation du travail, notamment en ce qui concerne la flexibilité pour les petites entreprises ?

Chaque entreprise a son ADN. S'il est important de donner un cap au niveau national, il est tout aussi essentiel de redonner plus de liberté dans les négociations avec les salariés (semaine de 4 jours, télétravail en assurant néanmoins la cohésion d'équipe, 39h par semaine...).


Comment allez-vous encourager les initiatives locales et les circuits courts pour renforcer l'économie locale et la résilience des PME ?

J'en reviens au lien de confiance qui se crée localement et au réseau mis en place par les différentes associations d'union commerciale, par les élus locaux, par l'accompagnement de la Chambre des Métiers et de l'Artisanat. Au cours de chaque rendez-vous administrés pour une création d'entreprise ou l'accompagnement d'un projet, j'essaie, dans la mesure du possible, de mettre en lien les acteurs qui peuvent promouvoir telle ou telle activité. Le Projet Alimentaire de Territoire porté par le Pays Dolois pour les 4 EPCI (Grand Dole, Jura Nord, Plaine Jurassienne et Val d'Amour) ainsi que celui de Cœur du Jura démontre la volonté de favoriser les circuits courts autour de l'alimentation.


Quelles initiatives proposez-vous pour aider les PME à adopter des pratiques plus écologiques et durables, tout en restant compétitives ?

Faire preuve de bon sens par un accompagnement pour constituer les dossiers de rénovation et dire stop à cette écologie basée sur une décroissance imposant des normes supplémentaires qui fragilisent la compétitivité française.


Quels dispositifs prévoyez-vous pour soutenir les PME dans leur transition énergétique et leur adaptation aux changements climatiques ?

Accompagner la rénovation des bâtiments , l'installation de production d'énergie renouvelable, réutiliser la chaleur fatale lorsque cela est possible. Le Jura a pleinement pris la mesure d'une écologie positive et dans le recrutement, c'est désormais un élément essentiel pour les candidats. On pourrait s'interroger sur des crédits d'impôts pour les investissements allant dans ce sens, avec une réserve toutefois sur l'état des finances publiques et le risque de promettre des choses irréalisables. Redonnons plutôt du pouvoir d'achat aux salariés en facilitant la vie des entrepreneurs et en diminuant le delta entre le salaire brut et net.


Nous tenons à remercier chaleureusement Justine GRUET pour sa participation et sa disponibilité à répondre aux questions de la CPME 39. Ses réponses apportent des éclairages précieux sur sa vision et ses projets pour le département du Jura.



45 vues0 commentaire

Comentários


bottom of page